bourse-de-toronto

Bourse de Toronto

bourse de torontoLa Bourse de Toronto (TSX), première place boursière au canada, est la troisième bourse en importance en Amérique du Nord et septième bourse en importance dans le monde de part sa capitalisation boursière. Le canada est un grand pays et bénéficie d’un vaste territoire avec un sous-sol géologique qui regorge d’abondantes ressources naturelles tel que le cuivre, nickel, or, diamant, potasse, pétrole, uranium, charbon, forêt,..etc. Par conséquent, on retrouve à la Bourse de Toronto une grande exposition dans les secteurs de l’énergie et des matériaux de base.

 

economie-canadienne-petrole-miniatureLa Bourse de Toronto jouit d’une réputation mondiale grâce à ses diverses politiques et procédures réglementaires rigoureuses. La TSX offre des services pour la négociation sur titres efficients et transparents avec la souplesse nécessaires pour répondre aux besoins des investisseurs et négociateurs du monde entier. Une Bourse internationale qui repose sur un système de négociation à haute performance pour favoriser la liquidité des titres qui y sont négociés.

 

 

f99Sur les Bourses canadiennes on comptent un grand nombre de sociétés inscrites. On y dénombre pas des centaines d’entreprises mais plutôt des milliers de titres qui offrent une diversification dans tous les secteurs d’activités économiques. Tout particulièrement à la Bourse de Toronto, on compte près de 1500 sociétés inscrites (plus exactement 1487 en déc. 2015). La seconde place boursière du pays, la Bourse de croissance TSX, marché de capital avec plus de 2183 sociétés émergentes.

 

 

economie-canadienne-bank-miniatureLa crédibilité des banques canadiennes n’est plus à faire car ces institutions sont reconnues pour leur solvabilité et ce, à l’échelle internationale. Les banques du Canada sont bien capitalisées et bien réglementées donnant une grande stabilité au système bancaire. C’est ce qui explique que nos banques, par leur gestion prudente, pendant la Crise 2008 n’ont pas eu besoin d’une aide financière de l’État, contrairement aux banques américaines.